Pourquoi les nouveaux GPS vont transformer les visites virtuelles et les applications touristiques

Un système au moins 100 fois plus précis pour le même prix

Les chercheurs de l’Université du Texas viennent de mettre au point des antennes à faible coût, qui pourront localiser notre smartphone à 1 cm près. Aujourd’hui, la précision est au mieux de 2 mètres pour le grand public et ce système de géolocalisation est suffisant pour se situer dans une rue.

Des visites virtuelles plus réalistes

La précision centimétrique change la donne. Par exemple, il devient possible d’utiliser le GPS dans les casques de réalité virtuelle. Aujourd’hui, seuls les casques reliés à des PC proposent un système de tracking qui détecte la position de votre tête, dans une zone de 2 mètres de côté en moyenne. Par contre, si vous utilisez un casque de réalité virtuelle avec un smartphone, l’orientation est détectée, mais pas les déplacements. Autrement dit, les perspectives ne sont pas modifiées lorsque vous vous baissez ou lorsque vous vous rapprochez d’un objet.

La nouvelle génération de GPS permet de profiter du système de tracking pour les casques des smartphones. Et comme ces derniers sont légers et sans fils, vous allez pouvoir proposer des visites virtuelles dans lesquelles les utilisateurs se déplaceront de façon plus naturelle.

Une autre application concerne les visites en réalité augmentée : aujourd’hui, la détection se fait à l’aide de reconnaissance d’images. Un programme repère un motif plus ou moins déformé et en déduit ou se trouve l’observateur, puis insère dans la vidéo l’objet avec les bonnes perspectives. Avec le nouveau GPS, le calcul de la position – qui demande une grande puissance de calcul – sera remplacé par un calcul beaucoup plus rapide. Les animations seront plus fluides, plus détaillées, plus réalistes.

Screenshot_2014-04-21-20-51-52Les visites immersives en extérieur, qui utilisent aujourd’hui les accéléromètres des tablettes tactiles pour rendre une animation à un emplacement précis, pourront bientôt proposer une liberté totale de mouvements, avec un rendu photo-réaliste pour les animations. L’écran ci-dessus correspond à la visite virtuelle de Saint-Pourçain-sur-Sioule : avec une carte et le GPS, les visiteurs retrouvent des repères sur le sol, et lorsqu’ils sont positionnés à l’endroit précis, ils lancent une simulation qui leur fait découvrir la ville au XVème siècle, à travers l’écran de la tablette, et avec les mêmes perspectives… sauf s’ils s’éloignent du repère.

Des performances à confirmer

Bien entendu, un tel système ne fonctionne qu’à l’extérieur : il sera impossible d’utiliser la technologie à l’intérieur d’un bâtiment.

Autre point à surveiller : le temps de réaction et sa constance. En effet, si le système prend quelques centièmes de seconde de retard, les animations ne sont plus liées à nos mouvements et la simulation perd son réalisme.

La vidéo ci-dessous nous donne une idée de la précision et du temps de réaction.

Voir également notre article sur l’utilisation des casques de réalité virtuelle dans les offices de tourisme, les musées et les parc à thèmes.